canope

Centre National de Documentation Pédagogique.
Le CNDP, à la tête du réseau CANOPÉ, propose un site de ressources pédagogiques et documentaires à destination de la communauté éducative, en faveur de la réussite des élèves.

Conventionnement

Adhérente à l'opération Chéquier Jeune Isère "manifestation culturelle" du Conseil général de l'isère. La Cie accepte les règlements par Chéquier Jeune Isère.

Venus au pays de Miró - dossier de presse PDF Imprimer Envoyer

[Télécharger ce dossier de presse au format pdf]


La Cie Petit Théâtre présente

une nouvelle création théâtrale, picturale et musicale

dans la collection peintres en scène :

miro01

Venus au Pays
de
Miró

 

 

réalisation :

sur   scène

Patricia BRUHAT
Loïc BONNET

Texte et Mise en scène

Thierry VINCENT

Costumes

Michèle BONNET, Corinne LACHKAR
avec le concours de Patricia BRUHAT

Création et Régie Lumière - Photos de scène

Jérôme CHARRETON

 

Venus au Pays de Miró (extrait)

- Il y a une montagne dans son nom !
- la montagne catalane ?
- Dans son nom Juan Miró, la montagne catalane !
- C’est le « M » de son nom, il est tout vert !
- Tu l’aimes ?
- Je l’aime…   
- Et le « I » ?
- Ah, oui, qu’est-ce ce « I » ?
- Il est brun et vert, c’est un arbre !
- C’est un if qui se dresse dans les collines de Catalogne.
- Alors, ….  le « R »….. c’est l’air !
- L’air chaud des jours jaunes…
- L’air chaud des jours de plein soleil rouge qui court dans les pinèdes de Palma de Mayorque….
- Et le « O » ?
- Oh, oui, qu’est-ce ce « O » ?
- C’est l’eau qui dessine son visage sur le sable blanc ou sur les cahiers d’écolier.
- C’est le cercle du ciel noir où la nuit tout est constellé, c’est le son de ses lèvres qui chantent « je t’aime, oh ! je t’aime »
- C’est son visage qui contient toutes les lettres de son nom (le M, le I, le R, le O), M.I.R.O. des lettres qui brillent comme les étoiles dans le ciel de ses rêves et de ses toiles.

 

note d’intention artistique

Donner à voir et entendre sur la scène la poétique et l’univers pictural de Juan Miró, tel est le point de départ et l’horizon du projet artistique de notre collection théâtrale Peintres en scène, projet défini lors d’une première création en 2006 (La Chasse à l’ours), puis en 2007 avec la création Un peu de bleu sur les ailes d’un ange, une histoire pour Marc Chagall.
La simplicité des mots du texte dramatique est au service de la poétique picturale de Miró qui trouve sur scène son intensité et conserve l’intimité qui naît dans le spectacle de l’œuvre picturale. L’espace scénique comme le jeu des acteurs doit donc conduire à cette intimité, à ce point de rencontre entre les mots et les émotions, devenir un lieu et un instant où le langage n’est pas seulement le moyen de dire le monde mais où il devient poésie, c’est-à-dire espace de liberté…
Une succession de tableaux – au sens dramatique du terme - en trois mouvements donne à voir quelques éléments décisifs de la vie du peintre (enfance catalane, découverte de Paris, la guerre, la lutte contre ou avec les couleurs et les formes…) mais avant tout propose un voyage dans l’univers pictural :  à l’instar de l’œuvre picturale de Juan Miró qui cherche dans l’espace de la toile à construire un espace de poésie, la scène définit un espace poétique imaginaire où les acteurs ( leurs gestes, leurs mouvements, leur voix ou leur chant) dessinent un poème dans les  yeux des spectateurs.
La scène doit comporter exactement le même esprit, la même légèreté, le même commencement d’un monde neuf que la toile de Miró, un Miróir où le sectateur construit son propre rêve ou son propre voyage avec les matériaux laissés là par le poète.
Si Miró déclare que ces toiles doivent être « d’un haut esprit poétique et musical », « faites sans aucun effort apparent, comme le chant d’un oiseau, le commencement d’un monde nouveau ou le retour à un monde plus pur, sans aucun caractère dramatique ni rien de théâtral, plein d’humour et de magie », la scène reprend le même chemin pour conduire le spectateur au cœur de la peinture.
La scène mêle les formes, les couleurs, le chant, voire la danse. Elle offre un voyage au sein des constellations (celles de l’espace ou celles de Miró). Les mots, les sons et les couleurs y sont d’abord des matériaux bruts, des objets lointains et insolites, plus le spectacle avance plus ils dialoguent entre eux, plus ils traduisent la poétique picturale de Miró…
Si le propos artistique vise à toucher un très jeune public par la simplicité des mots et des moyens, les formes du spectacle s’attachent à toucher également les adultes qui les accompagnent en faisant sien les propos de Miró «  J’éprouve le besoin d’atteindre le maximum d’intensité avec le minimum de moyens ».

l’argument

« …je cherche à inventer la couleur et la forme de mes rêves. » Juan Miró

Deux êtres insolites, incarnation de l’imaginaire du peintre ou personnification  du regard fureteur d’un spectateur sur les toiles de Miró, ces deux personnages se bousculent, s’étonnent, se découvrent, s’enchantent puis s’entraînent dans un périple drôle et surréaliste qui les mène au Pays de Miró dans un périple où les sons, les lettres et les couleurs jouent et brillent comme des étoiles sur la toiles.

« On est sur l’émerveillement, la découverte-appréhension, la gourmandise et la délectation face aux surprises : les sons produits par les coquillages frottés-tapés, portés aux oreilles et qui chantent la mer. La mer... celle dans laquelle on plonge, celle qui emporte sur son dos, celle qui se mue en Pégase, le cheval qui galope jusqu’aux étoiles : Altaïre, la Grande Ourse... De la terre vers le ciel, des traits de couleurs, ballons qui produisent des sons, d’où naissent les quatre lettres du nom de Miro et de son univers. Ballons pressés, échappés, en rebonds. Ballon qui claque : rupture, bascule d’un monde de couleurs dans le chaos du bruit des bottes. Enfin le chemin, nécessaire, indispensable au peintre : sa résistance se fera par les couleurs. Deux arrosoirs, l’eau qui coule dans une cuvette, un bout de tissu blanc et des coulures qui font naître la vie sur la toile de fond de scène. " Je tisse... je trace... je frotte... je froisse...". Le peintre est à la vie et à sa re-création ! ».
(Vivant Mag septembre 2010)

 

l’auteur et le metteur en scène

Thierry VINCENT, est également Professeur de Lettres Modernes, il partage son temps entre l’enseignement et les arts vivants depuis plus de 20 ans. Il s’intéresse très tôt (1985) à la mise en scène de spectacles, en signant entre autres une mise en scène remarquée de L’Atelier de JC Grumberg ; et celle d’un poème musical de Jean Tardieu ABC de notre vie. La devise de Gaston Baty, illustre compatriote metteur en scène, né à Pélussin («  Le Théâtre est l’art définitif et complet en qui s’exalte tous les autres, plus beaux d’être réunis ») le touche et ouvre la voie à tout son travail de metteur en scène.
Son goût de la pédagogie et de la mise en scène le pousse à interroger le théâtre, la poésie, le chant et la peinture pour créer des formes nouvelles où les enfants comme les adultes puissent découvrir la richesse de leur confluence.
Aussi, pour soutenir la diffusion de spectacles vivants (vocaux, musicaux ou théâtraux), il crée en 2001, les Rencontres Voix & Musiques en Chapelles du Pilat (8ème édition, en 2008) qu’il dirige au sein de la Cie Petit Théâtre.  Depuis 2005, il met en scène les spectacles professionnels de conte destinés à la petite enfance de la Conteuse Nicole Chiapello - Lilly Pomme (2005), Flic Flaque (2006), Tempo & Tic (2007).
De même, en 2006,  il crée les Rencontres Régionales (Rhône Alpes) des  Bébés Lecteurs dont l’ambition est de promouvoir la lecture des livres, mais également promouvoir le spectacle vivant, auprès des très jeunes enfants comme de leurs parents. Il signe alors la mise en scène d’une adaptation de l’album jeunesse La Chasse à l’Ours.
En 2007, il met en scène le spectacle Un peu de bleu sur les ailes d’un ange, une histoire pour Marc Chagall  à partir du poème - hommage au peintre Marc Chagall  de Bijou Le Tord. Ce spectacle joué plus de 70 fois depuis a rencontré à la fois le très jeune public, les scolaires et les adultes. Cette nouvelle expérience a conforté les intuitions du metteur en scène sur la pertinence du propos à savoir un voyage au cœur de l’univers d’un peintre et des moyens pour le rendre sensible aux yeux de tous.
Avec Venus au Pays de Miró, dont il signe également le texte, il entend interroger et jouer avec les matériaux de bases que sont les sons pour le langage et la musique,  les formes et les couleurs pour la peinture.

les interprètes

Patricia BRUHAT

Comédienne  formée aux arts de la rue (échasses, clown, jeu d’acteur, expression corporelle, manipulation de feu, danse, création de costumes et de décors) en 1994 avec la Cie Zanka, elle joue dans plusieurs spectacles (La Noce, les Diables, les Baroufeurs …) et autres événements de rue en France et à l’étranger jusqu’en 2000.
Intéressée par le spectacle vivant sous toutes ses formes, elle crée avec Jocelyne Depardon, à partir de 1996, des spectacles iconoclastes alliant les arts de la rue et le théâtre de scène au sein de la Cie SWEET nanah. Ainsi, naîtront plusieurs spectacles enfants où elle mettra son grain de sel à la mise en scène dont Le manège en chantier, un spectacle musical et clownesque ou L’oiseau sacré un conte théâtral et musical  et autres créations pour adultes dont Ballades ou Les Zôtesses.
En 2000, elle rejoint le Pudding Théâtre, une compagnie franc-comtoise de théâtre de rue et participe à différentes créations collectives : L’histoire extraordinaire, banale et fantastique de Francis et Huguette, La guinguette du temps perdu, Class service, Mémoires de chambres froides.
Entre 1996 et 2008, elle collabore ponctuellement avec d’autres compagnies: Les Ballafons (Pont en Royans)  Atézart (Marseille)  Cie Obsolète (Vienne)  Cie Malabar (34)  Acroball (St Etienne) Arcadia (Besançon)
Parallèlement, entre 1996 et 2007, elle anime différents ateliers de théâtre d’improvisation pour enfants, adolescents et adultes pour les compagnies SWEET nanah et Défriche.

Loïc BONNET

..découvre le théâtre à l'âge de 15 ans en 2003 grâce à un projet de classe. Le metteur en scène Claude LESKO lui offre son premier rôle important dans une pièce d'Alfred JARRY, Ubu Roi. Passionné par l'art théâtral, il se forme dans différents ateliers au Théâtre et à la MJC de Vienne (38). Ensuite, Il intègre en 2007 l'école d'art dramatique du Théâtre de L'Iris à Lyon. Il décide alors de travailler toutes les possibilités qui s'offrent à lui dans le jeu théâtral en s'appuyant sur la poésie, la musique, le chant et la danse.

Ainsi, il joue en 2007 dans une comédie musicale pour enfants, Chant des bois, combinant le chant, les marionnettes et la comédie. En parallèle, attiré par trois textes de TCHEKHOV, il participe à une création en un acte de la pièce Les méfaits du chant de l'ours où les metteurs en scène S.Bulle TEXIER et Mickael SILVA lui offrent de réunir le classique et le contemporain.

Intéressé par le monde d'Amélie NOTHOMB, il joue à Avignon son unique pièce de théâtre Les Combustibles où il découvre un théâtre réaliste à l'humour grinçant avec la Cie Les Affamés dirigée par Gilles DROULEZ (2008).

Parallèlement, intéressé par l'envers du décor, il se perfectionne dans la diffusion du spectacle vivant et la technique du son et de la lumière.

En 2009 avec la Cie Soleluna, il plonge dans l'univers absurde de Karl VALENTIN mis en scène par Giorgio CARPINTIERI, et joue le rôle de ce célèbre clown allemand dans des soirées cabarets burlesques.

D'autre part, il assure différents rôles dans des pièces écrites par Michel HEIM, La nuit des reines mis en scène par Pierre BIANCO ainsi que Tante Olga et Neron la romaine mis en scène par Giorgio CARPINTIERI.

Depuis 2010 où il rejoint la Cie Le Petit Théâtre, il participe à la création et à l'interprétation des pièces jeune public, Vénus au pays de Miro et Chagall, prête moi tes ailes qui s'inscrivent dans le cycle « Les peintres en scène ».

En 2011, il diversifie son parcours et se forme au cinéma où il fait de la figuration pour France 3 et tourne plusieurs courts et moyens métrages dans la Région Rhône-Alpes.

Qui sommes–nous ?

COMPAGNIE PETIT THEATRE

Au cœur du Pilat, la Cie Petit Théâtre se propose de construire les conditions nécessaires à la recherche, la création et au développement de voies et formes nouvelles pour le spectacle vivant, en particulier le théâtre, la musique, les arts plastiques…
Au carrefour de différentes disciplines (musique, conte, peinture, chant…), nous participons à la recherche et la création artistique dans un dialogue  permanent avec nos contemporains par la réflexion et les rencontres - en particulier les Rencontres Voix & Musiques … dans le Pilat (10ème édition en 2010), ou les Rencontres Régionales des Bébés Lecteurs (5ème édition en 2010)…
Nous construisons  également des spectacles et des « laboratoires artistiques » avec les programmes Culture et Handicap,  Culture à l’Hôpital, Formation des Assistantes Maternelles, Projets scolaires…).
..et  nous avons le plaisir de vous offrir les fruits de ce travail.


Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de ce spectacle et plus particulièrement : André FRANCOIS, Sylvie HATSCH, Sophie GENTILS, Danièle MARQUES et ses élèves, Pierre-Etienne JANIER pour son accueil de la résidence de création au sein de son école, la Région Rhône Alpes via la Mesure « La culture sur les chemins » (Rhône PLURIEL) et la SPEDIDAM.

 

 

conditions techniques

Lieu:

Le spectacle s’adapte à tout lieu intérieur. Le public doit être assez proche de la scène pour établir une certaine intimité

Espace scénique :

l’espace de jeu est un rectangle de 5 m de large  sur 4 mètres de profondeur

Eclairage :

alimentation en 380 ou 220

Coût :

- plusieurs représentations tarif dégressif, nous contacter
- possibilités d’ateliers artistiques et pédagogiques, nous contacter.
Frais de déplacement et repas en sus

Renseignements – Contact :

Michèle BONNET : 04 74 85 28 77 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
ou secrétariat  Petit Théâtre 04 74 87 45 27